Les préjugés sur les tatouages dans un monde moderne

Woman with tattoos
Source: Pixabay

Différents groupes de sous-populations se sont associés durant les cent dernières années, leurs goûts et affinités créent par leur environnement. Je pense à la génération X, Y, Z, aux milléniaux, Alpha, sans oublier les Boomers. Les générations changent à un rythme incroyable. Et c’est probablement la raison pour laquelle on partage rarement notre garde-robe, notre couleur de cheveux ou notre liste de musique préférée avec nos grands-parents. Les tatoués ont créé, sans le vouloir, leur propre sous-population. Pourquoi ce fossé est-il toujours présent dans un monde où la population se dirige vers l’extériorisation, les égos portraits et la technologie? L’art, au cours des années, a toujours été critiqué : aimé ou détesté. Alors, que deviennent l’art corporel et la libre expression de nos jours?

La décision de se tatouer

Getting a Tattoo
Source: Pixabay

C’est de l’âge néolithique que proviendraient les tatouages connus à ce jour. En fait, de multiples tatouages, 57 au total, furent découverts sur Otzi, un corps complètement momifié et repéré dans les Alpes italiennes par deux alpinistes allemands. On ne sait pas pourquoi Otzi a tenté de colorer de multiples cicatrices sur son corps, créant ainsi les premiers tatouages. Mais ce qui ne fait aucun doute, c’est qu’il y avait une signification, un symbole, une idée derrière ces tatouages. Quelle que soit la raison, le tatouage est un symbole permanent, et c’est pourquoi ils sont convoités.

Les droits du travailleur et les tatouages

Il fut un temps où l’apparence était très importante lors de recherche d’emploi et d’entrevue. Est-ce qu’il y a vraiment eu un changement dans les dernières dizaines d’années? De nos jours, les employeurs sont strictement régis sous un code de l’employé qui revendique les droits de la personne et dénonce la discrimination et les stéréotypes lors d’embauche et sur le lieu de travail. Sans oublier, les codes peuvent exiger que les tatouages soient couverts, ou le port d’uniforme soit accepté. À l’époque, vous deviez respecter le code de tenue vestimentaire pour visiter un casino, et ce code est réglementaire aujourd’hui dans certains casinos. Toutefois, pour les casinos en ligne, il n’y a pas de code vestimentaire. Habillez-vous comme vous le désirez et jouez les jeux de casino où vous le désirez. La stigmatisation demeure.

Les préjugés entourant les tatouages

Man hands with tattoos
Source: Pixabay

Alors, pourquoi les préjugés existent-ils toujours face aux tatouages? Oui, certaines expressions artistiques sont plus acceptables et il est difficile d’apprécier ce qui est différent. Un tatouage discret sur une épaule est plus facilement accepté que les tatouages abstraits et sur le visage. Nous avons cet élément de jugement provisoire envers les tatouages, cette opinion préconçue, adoptée sans examen et souvent imposée par le milieu, l’éducation et l’époque. Toutefois, toutes les altérations sur le corps, tel que les implants pour freiner le vieillissement et les remodelages du corps ou du visage sont si bien acceptés, pourquoi l’encre sur la peau demeure pour la population en général une expression et un style de vie inusité.

Le professionnalisme et les tatouages : est-ce sérieux?

Donc, l’expression artistique et les tatous sont de plus en plus acceptés. Mais beaucoup trop de fausses idées rôdent dans l’air. On ne peut pas discuter les goûts, et notre première impression, souvent trompeuse, provient de notre éducation, de nos connaissances, de nos racines. L’encre permanente de toute sorte de motifs est de plus en plus retrouvée, du petit triangle sur le poignet au tatou corporel surdimensionné, sur les peaux canadiennes. Alors, est-ce le temps d’oublier le superficiel et de se fier à l’éducation de nos professionnels puisque l’on se repose sur nos propres expériences de métier pour juger la société autour de nous?

Quand le tatouage devient une marque

Man with tattoos checking his mobile phone
Source: Pexels

Dans un monde parfait, le tatouage est une expression artistique, où l’artiste profite d’une toile différente pour chaque pièce d’art. Une liberté d’expression, dissimulée si désiré, sans oppression. Il y a beaucoup plus qu’un simple dessin derrière le tatouage. Simplement dit, l’art sera toujours discuté, mais la discussion change facilement de ton lorsque l’art devient un outil. Surement, avec nos générations à venir, le tatouage, tout comme les graffitis, sera accepté; l’éducation et l’expérience seront appréciées.