La Suisse, le pays roi du recyclage

la Suisse reine du recyclage
Source : Wikimedia

La Suisse est considérée comme le pays roi du recyclage. En effet, la plupart des matières sont soit recyclées, soit incinérées. Découvrez dans cet article comment le gouvernement s’y prend pour faire respecter ces mesures au quotidien par ses citoyens, et comment aller plus loin pour réduire la pollution et protéger l’environnement.

Le recyclage en Suisse, une affaire très sérieuse

La Suisse est réputée dans le monde entier pour être un pays propre. La raison? Les règles de recyclage sont scrupuleusement respectées par les citoyens, puisque tout commence par eux.

En effet, dans toutes les épiceries et dans tous les supermarchés, les Suisses peuvent trouver des sacs à ordures spéciaux, qui ont un prix associé à leur taille.

Le citoyen doit alors payer plus cher s’il jette plus de déchets. En parallèle, une taxe est appliquée à chaque foyer, et des amendes peuvent être données aux personnes faisant mal leur tri et éliminant mal leurs déchets.

La stratégie de recyclage et de tri est très prise au sérieux, autant que la stratégie au poker d’un casino en ligne. C’est ainsi directement par le porte-monnaie des citoyens que le gouvernement les motive à recycler. Afin de mettre en œuvre ces règles strictes de recyclage, on retrouve partout en Suisse et dans ses villes et villages des points de collecte.

Les Suisses peuvent ainsi recycler le verre, l’aluminium, le papier, le plastique, le textile, les piles, mais aussi l’huile ménagère au sein de leur maison, et ensuite déposer leurs déchets dans leur quartier ou aux supermarchés pourvus de bacs de recyclage.

Des centres de recyclage permettent de récolter d’autres types de déchets aussi banals qu’insolites, tels que les encombrants, le métal, l’électronique, les déchets verts, mais aussi les cadavres d’animaux.

Zéro déchet dans la nature, grâce au recyclage et à l’incinération

La Suisse est rapidement devenue l’un des meilleurs pays en termes de recyclage, et cela grâce au principe du « pollueur-payeur » comme évoqué ci-dessus : les déchets doivent être payés par le citoyen, que ce soit à travers le prix des sacs, la taxe sur les sacs, mais aussi les amendes données lorsque le recyclage est mal fait.

Le taux de recyclage est très haut pour le pays. En effet, 96% du verre est recyclé, ce qui est l’un des meilleurs taux d’Europe. Les autres matières ont également un taux similaire, avec 91% de l’aluminium recyclé, 86% du métal, 83% du plastique et 70% des piles.

En tout, ce sont plus de 128 000 tonnes d’électronique recyclées par an, et 60 000 tonnes de textile. Plus de 300 000 tonnes de déchets alimentaires sont transformées en compost chaque année par les citoyens. Tandis que 0% des déchets sont rejetés dans la nature, 50% sont bien recyclés, et les 50% restants sont incinérés.

Le recyclage et l’incinération sont cependant deux mesures qui ne sont pas forcément idéales pour l’environnement : elles sont polluantes et émettent des gaz à effet de serre.

Aller plus loin en évitant les déchets

Bien que le recyclage permette d’éliminer les déchets, c’est aussi un acte polluant. Comment éviter cela et protéger la planète ? Tout simplement en décidant de ne pas produire de déchet.

Cela s’organise d’une part en achetant d’occasion afin d’éviter la surproduction, et d’autres part en optant pour des achats sans emballage.

C’est ce qu’on appelle le zéro déchet. Ce concept récent, et pourtant ancestral, peut facilement être mis en œuvre. Il suffit par exemple d’opter pour des sacs réutilisables et de faire ses achats chez le marchand de légumes ou dans des magasins « zéro déchet » proposant des articles en vrac, tels que Chez mamie, Le Silo, ou encore Les Frondaisons de Bois-Genoud aux alentours de Lausanne.

En parallèle, ce sont des matières premières compostables comme le carton ou le bois qui sont mis en avant, ou incassables comme le métal, afin d’éliminer complètement la production de plastique.

Ainsi, en réutilisant les contenants, le nombre de déchets baisse drastiquement et permet aux Suisses de moins payer de taxes et de sacs poubelles.

C’est une démarche qui demande un peu d’efforts, mais qui est bénéfique pour l’environnement comme pour le porte-monnaie !